X
  1. Espace abonnés
Propos Utiles

Conseils boursiers depuis 1952

" Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention." Diderot

Nous contacter
01 45 23 10 57
sans surtaxe

Analyses

Un regain de stress sur les marchés
Les éléments négatifs se sont accumulés au cours de la semaine, ce qui a provoqué de nouvelles secousses sur les indices et un recul généralisé des places mondiales. Ainsi à Paris, le CAC40 repassait nettement sous les 5 000 pts. Les valeurs de la technologie américaine continuaient de leur côté à céder du terrain (on relèvera la dégringolade du "fabricant" de camions propulsés à l’hydrogène Nikola), mais la mauvaise orientation (lire la suite)
La mort du pétrole : faut-il y croire ?
Intervention de Laurens Lafont, rédacteur en chef de la lettre d'investissement Propos Utiles, dans l'émission Ecorama sur Boursorama.com. Au programme : "Fin du pétrole : BP a-t-elle raison ?". Dans un récent rapport, la compagnie pétrolière BP s'est faite très pessimiste sur l'avenir du pétrole. Selon elle, la demande pour l'or noir est appelée à chuter fortement d'ici 2050. Si la pandémie pèse en modifiant la nature (lire la suite)
Les tensions persistent à Wall Street
La correction évoquée la semaine passée s’est poursuivie sur les marchés américains. Le Nasdaq a ainsi abandonné -11% avant de rebondir quelque peu. Aucune des grandes valeurs technologiques n’a été épargnée par ce flux vendeur qui s’apparente pour l’heure à un mouvement avant tout technique. Les volumes records sur les options d’achat au cours des dernières semaines ont notamment amplifié les fluctuations (lire la suite)
Une correction pour le Nasdaq
Au cours des dernières séances, le Nasdaq a franchi les 12 000 points pour la première fois de son histoire avant d’enregistrer sa plus forte baisse quotidienne depuis le mois de mars. Les grandes capitalisations du secteur technologique, à savoir Apple, Amazon, Alphabet ou encore Microsoft ont toutes trébuché. Tesla a même perdu jusqu’à -25% en quatre séances. Les commentateurs ont tenté d’expliquer cette chute par les craintes (lire la suite)
Baisse du dollar : quelles conséquences pour vos placements ?
Intervention de Laurens Lafont, rédacteur en chef des Propos Utiles, dans Ecorama sur Boursorama.com. Au programme de l'émission du jour : "La baisse du dollar va-t-elle durer ?". En trois mois, le billet vert a nettement reculé face à l'euro. Mais pas seulement. La monnaie américaine est affaibli face à la plupart des devises. Ce mouvement est en partie lié à la (lire la suite)
Le Nasdaq poursuit son ascension
On prend les mêmes et on recommence... Cette semaine encore, les stars américains de la technologie ont fait parler d’elle, et plus particulièrement Apple et Tesla. le nominal de la première a été divisé par 4 et celui de la seconde par 5. Dans les faits, ces opérations ne changent rien pour les actionnaires. Mais elles permettent malgré tout à certains investisseurs d’accéder à des noms populaires de la cote sans avoir (lire la suite)
Le CAC persiste autour des 5 000 pts
La Bourse parisienne a, cette semaine encore, évolué étroitement autour des 5 000 pts, une zone "travaillée" depuis maintenant presque trois mois. L’espoir d’un traitement contre la covid-19 permet aux indices de repartir de l’avant à intervalles réguliers (cette semaine, il était question d’une utilisation de plasma sanguin provenant de patients guéris), avant que d’autres considérations plus négatives ne les (lire la suite)
Toujours la bataille des 5 000 pts
Les indices boursiers ont à nouveau manqué de carburant pour se détacher des niveaux qui sont les leurs depuis deux mois. à Paris, le CAC 40 est ainsi repassé sous le seuil psychologique des 5000 points, et ce dans des volumes qui vont en s’étiolant. Les publications de résultats trimestriels, très attendues, laissent les investisseurs sur leur faim.    Le secteur de la technologie, où les anticipations (lire la suite)
L'optimisme prévaut
Le courant acheteur a repris le dessus au cours de la semaine passée. Les résultats des grandes banques américaines, attendus avec anxiété, n’ont finalement pas affolé les investisseurs. Certes, les établissements ont passé des provisions record pour faire face aux défauts de crédit à venir (ce qui a conduit Wells Fargo à enregistrer sa première perte en dix ans), mais les activités sur les marchés financiers leur ont généralement permis (lire la suite)
Une opposition très tranchée
Sur cette semaine écourtée (le bouclage a été exceptionnellement avancé d’une journée puisque la fête nationale fériée tombait un mardi), les investisseurs ont été partagés entre deux sentiments. Le premier, toujours très prégnant, était fait d’optimisme et porté par la nouvelle publication de statistiques positives. Ainsi, aux Etats-Unis, les inscriptions au chômage ont de nouveau reculé (1,31 M de nouveaux inscrits sur (lire la suite)