X
  1. Espace abonnés
Propos Utiles

Conseils boursiers depuis 1952

" Il m'importe peu que tu adoptes mes idées ou que tu les rejettes pourvu qu'elles emploient toute ton attention." Diderot

Nous contacter
01 45 23 10 57
sans surtaxe

Analyses

Le retour de la guerre des changes ?
«Le dollar est notre devise mais c’est votre problème», avait lancé en 1971 John Connelly, le secrétaire au Trésor de l’administration Nixon. Il répondait alors aux inquiétudes exprimées par les diplomates européens au sujet de la baisse du billet vert. Cette forme de négligence passive a longtemps gouverné la politique de changes des Etats-Unis et exaspéré ses partenaires commerciaux. En 1987, les pays du G7 (lire la suite)
Dettes d'entreprises : toujours plus d'excès
La recherche de rendement par les investisseurs a désormais dépassé toutes les limites généralement admises. La faute, comme nous le savons trop bien, à la politique de taux d’intérêt au tapis adoptée par les banques centrales ainsi que par les rachats d’actifs opérés par ces mêmes institutions, interrompus depuis peu mais susceptibles d’être très vite (lire la suite)
On prend les mêmes et on recommence
Les investisseurs sont restés obnubilés par l’évolution de la politique monétaire. Alors que la Banque centrale européenne (BCE) doit se réunir ce jeudi, les spéculations allaient bon train sur les annonces à venir. Beaucoup espèrent voir l’institution modifier sa communication en vue de préparer les marchés à une baisse de taux en septembre prochain. Mais certains vont jusqu’à anticiper une réduction du loyer de l’argent (lire la suite)
Powell soutient Wall Street
Cette semaine, les indices américains ont eu tendance à faire cavalier seul. Bien que leurs variations quotidiennes soient restées très étroites, de nouveaux records historiques ont ainsi été inscrits. Le Standard & Poor’s 500 a notamment franchi le cap des 3 000 points, ce qui porte à +350% sa progression depuis le point bas de mars 2009.   Un homme a su trouver les mots pour séduire les investisseurs : Jerome Powell. Le (lire la suite)
Le marché doute de la Fed
Que va faire la Réserve fédérale le 31 juillet prochain ? La semaine passée, les investisseurs étaient convaincus qu’elle baisserait les taux d’intérêt. La question était de savoir si elle se contenterait de 25 points de base ou si elle irait jusqu’à 50. La publication des chiffres de l’emploi aux Etats-Unis pour le mois de juin a rebattu les cartes.   L’économie américaine a en effet créé 224 000 emplois alors que le consensus (lire la suite)
Qui sont les acheteurs ?
La dernière enquête mensuelle de Bank of America Merrill Lynch a mis en lumière un pessimisme très marqué dans le monde de la gestion d’actifs. En effet, les gérants tendent majoritairement à "sous-pondérer" les actions au niveau mondial. L’allocation dans ce domaine a ainsi chuté de 32 points de pourcentage pour ressortir à un plus bas depuis mars 2009 (la proportion nette de gérants "sous-pondérés" en actions l’emporte à hauteur (lire la suite)
Les investisseurs toujours euphoriques
Point hebdomadaire // Semaine du 25 juin au 1er juillet 2019 Récemment, les marchés avaient écarté les risques (guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, tensions en Iran, décélération des principaux indicateurs mondiaux...) au motif que les banques centrales allaient engager leur politique monétaire vers encore plus de souplesse. La Fed s’était empressée d’envisager une baisse de taux tandis que du côté de (lire la suite)
Draghi, salué par les marchés
Point hebdomadaire // Semaine du 18 au 24 juin 2019 A quelques mois de la fin de son mandat à la tête de la BCE, Mario Draghi est resté égal à lui-même. Soucieux de l’image qu’il laissera, le Président de l’institution a donc donné aux investisseurs ce qu’ils souhaitaient : si besoin, la BCE assouplira sa politique monétaire, a-t-il indiqué. Voilà qui était déjà vu et entendu, mais les marchés ont salué cette (lire la suite)
Le marché se repose sur la Fed
Point hebdomadaire // Semaine du 11 au 17 juin 2019 Tout au long de la semaine écoulée, les opérateurs ont accueilli les mauvaises nouvelles avec sérénité. Selon le raisonnement "en vogue", chaque donnée pointant vers un affaiblissement de l’économie et de l’inflation renforce la probabilité d’une baisse des taux d’intérêt aux Etats-Unis et en Europe, laquelle est jugée favorable pour les marchés (lire la suite)
Les banques centrales à la manoeuvre
Point hebdomadaire // Semaine du 4 au 10 juin 2019 Au cours de la semaine passée, les vents ont été porteurs pour les actions. Sur le front de la politique monétaire tout d’abord, les investisseurs ont été "choyés" par les banquiers centraux.   Aux Etats-Unis, le Président de la Fed, Jerome Powell, a averti être prêt à prendre "les mesures qui s’imposent pour soutenir la croissance". Dans le même temps, la Banque centrale européenne (BCE) a repoussé (lire la suite)